Fédération Acteurs Economiques  
 
RECHERCHER :
Visualiser le flux RSS FACEBOOK
 
    Menu Actualités
NR : Muriel Ciliento fait de l'effet

Vendredi 31 octobre 2014
Que ce soit pour donner...

NR : Course ou collection : la voiture s'affiche Dimanche 26 octobre 2104
Une belle voiture...
NR : Des voitures et des pilotes Jeudi 23 octobre 2014
Une trentaine de voitures...
NR : La promenade dominicale

Hier, commerçants ambulants et badauds ont été nombreux à sillonner les rues du centre-ville. Une balade dominicale, plus qu’un acte commercial.

 

Il y avait du monde qui déambulait dans les rues du centre-ville de Châteauroux, hier. « Cette braderie d'été est une sortie sympa à faire en famille », raconte Aurélie, venue avec ses deux enfants. Cela fait près d'une heure qu'elle passe d'un stand à l'autre. Sans acheter. « Je préfère attendre la fin des soldes, pour profiter de très forts rabais. Habiller les petits, ça coûte cher. » De très nombreux Castelroussins semblent avoir opté pour la même stratégie. Au grand désespoir de Mohamed, vendeur de sacs en cuir. « C'est très difficile en ce moment, regrette-t-il. Les gens n'achètent plus, même quand on fait de grosses promotions. » En ce premier week-end de soldes, les commerçants ambulants doivent faire face à une rude concurrence : les commerçants sédentaires qui ont ouvert leurs portes, ce dimanche.

La forte affluence aura toutefois fait quelques heureux. Quelques heureuses, plutôt. Sur la place de la République, était installé le Village des entrepreneurs.

Entreprenariat au féminin

Sur la vingtaine de stands, la grande majorité était tenue par des femmes, venues ici présenter leur entreprise. Organisée par le réseau DevEnt qui œuvre pour le développement de l'entreprenariat féminin dans l'Indre, cette journée aura permis de mettre en lumière des créatrices d'entreprises qui se sont lancées il y a moins de trois ans. Tout en bénéficiant de l'affluence de la braderie. Un point positif, car « depuis deux ou trois ans, le nombre de dossiers qui aboutissent à la création d'entreprises est en diminution pour les femmes, explique Savina Alvarez, déléguée départementale aux droits des femmes et à l'égalité. Elles ont généralement moins de moyens financiers que les hommes. » Une difficulté que constate également Florence Jousse, auto-entrepreneuse : « Créer une entreprise est chronophage. Au début, et pendant un bon moment, on ne dégage pas forcément de salaire. Si les femmes n'ont pas de soutien financier et familial, on peut comprendre qu'elles n'osent pas se lancer. » D'autant plus quand elles « ont une gestion du temps plus difficile, les femmes assurant encore souvent seules la gestion domestique », rappelle le réseau DevEnt.

(1) Florence Jousse a monté De l'autre côté du miroir, entreprise de confection de chapeaux faits main. www.delautrecotedumiroir.fr

Naëlle Le Moal