Fédération Acteurs Economiques  
 
RECHERCHER :
Visualiser le flux RSS FACEBOOK
 
    Menu Actualités
NR : Muriel Ciliento fait de l'effet

Vendredi 31 octobre 2014
Que ce soit pour donner...

NR : Course ou collection : la voiture s'affiche Dimanche 26 octobre 2104
Une belle voiture...
NR : Des voitures et des pilotes Jeudi 23 octobre 2014
Une trentaine de voitures...
NR : Pour être franc....c'est jusqu'à demain

Demain, les francs feront définitivement partie de l’histoire ancienne à Châteauroux. Benoît Leboeuf a initié l’opération. Pour lui, le bilan est satisfaisant.

Vingt francs, c'était Debussy ; cinquante francs, Saint-Exupéry ; cent francs, Cézanne ; deux cents francs, Gustave Eiffel ; cinq cents francs, Pierre et Marie Curie. Demain soir, ils auront définitivement cessé d'exister. De ses billets bientôt oubliés, Benoît Leboeuf n'a pourtant pas encore envie de faire table rase. Il en est preneur jusqu'à aujourd'hui dans sa boutique de prêt à porter baptisée Low Coast Fashion et installée rue de la Gare.

Des paiements en francs. L'idée a connu un grand succès au Blanc. Étrangement, les commerçants castelroussins ont été bien moins nombreux à emboîter les pas de leurs homologues blancois. Avec Benoît Leboeuf, seule la boutique Les Belettes… s'habillent, rue Victor-Hugo, s'est lancée dans la même opération. Voici donc l'heure des bilans. Pour Benoît Leboeuf, c'est positif. « Ceux et celles qui sont venus chez moi avec des francs n'auraient sans doute jamais franchi la porte de ma boutique sans cette opération. Cela a été de la vente en plus. » Pas de chiffres annoncés. « J'escomptais plus. Mais le résultat sera quand même tout à fait correct. Cela n'engageait à rien et cela m'a fait un peu de publicité. Vraiment rien à regretter. »

" Résultat correct "

La provenance des billets ? « Souvent retrouvés dans des poches, par hasard. C'est l'occasion qui a fait le larron », poursuit Benoît Leboeuf. Effet inattendu : notre interlocuteur a aussi fait de la revente. « Plusieurs personnes sont venues me voir, des collectionneurs, pour récupérer des billets. Je ne me suis pas fait prier. Cela m'a évité le déplacement en direction de la Banque de France ! »

Bruno Mascle