Fédération Acteurs Economiques  
 
RECHERCHER :
Visualiser le flux RSS FACEBOOK
 
    Menu Actualités
NR : Muriel Ciliento fait de l'effet

Vendredi 31 octobre 2014
Que ce soit pour donner...

NR : Course ou collection : la voiture s'affiche Dimanche 26 octobre 2104
Une belle voiture...
NR : Des voitures et des pilotes Jeudi 23 octobre 2014
Une trentaine de voitures...
NR : Michel Krilewyez, le grand témoin

Michel Krilewyez, président de l’association des commerçants de Châteauroux, décrypte l’actualité de la semaine, dominée par le rush des soldes…

 

Lundi. A la une de la NR, Nicolas Sarkozy. Michel Krilewyez prévient tout de suite : « Je ne fais pas de politique. J'ai toujours voté, je respecte les opinions de chacun, car chacun a ses raisons pour choisir un parti, quel qu'il soit, mais je resterai neutre… »
Le président de la Fédération des acteurs économiques (FAE), l'association qui réunit les commerçants de Châteauroux, préfère s'arrêter sur l'article consacré au château de Valençay : « Le tourisme, c'est très important pour faire venir du monde dans une ville. Et quand il y a du monde, c'est bon pour les commerçants. » Ce qui est bon pour les commerçants, c'est aussi le projet chinois, selon Michel Krilewyez : « Je vois ce projet de manière positive : c'est une chance inespérée. Bien sûr, il y a des inconvénients, mais il faut regarder plus loin que le bout de son nez : aujourd'hui, les Chinois sont les seuls qui aient de l'argent. Ce sont les banquiers du monde. Et quand on est en affaires, on ne peut pas se fâcher avec son banquier… Que l'Indre, avec son aéroport, soit le point de départ d'un tel projet, c'est une belle perspective. »

 
Mardi. Le président de la FAE s'arrête sur la page des faits divers : « Je rends hommage aux forces de l'ordre. Police et gendarmes ont beaucoup de mérite à faire ce métier. Je suis toujours révolté qu'on puisse s'en prendre aux plus faibles, surtout aux personnes âgées. Certains s'insurgent contre la présence des caméras dans la ville : si ça peut servir à dissuader avant de réprimer, je suis pour. »
Sur le projet de stockage de déchets radioactifs à Neuvy-Pailloux : « C'est toujours la même chose : personne n'en veut, mais il faut bien les mettre quelque part. Je n'aime pas le nucléaire en soi, mais c'est un mal nécessaire : qui accepterait de payer son électricité plus cher ? Et puis les mesures de sécurité autour d'un tel projet sont draconiennes… »

 
 Mercredi. Top départ des soldes en France. Michel Krilewyez enfourche son cheval de bataille : « Ah ! les soldes ! Et ces dates qui empoisonnent tous les commerçants de France ! Quand le gouvernement comprendra-t-il que les soldes d'hiver doivent démarrer plus tôt ? Entre Internet, les soldes flottants ou les ventes privées, les vrais soldes saisonniers ne veulent plus rien dire. Il faut s'adapter aux nouvelles habitudes des consommateurs ! C'est représentatif d'un certain état d'esprit français : du gaspillage à tous les étages. Je milite pour qu'on crée en France un ministère du Bon Sens. On irait chercher des personnes à la retraite, qui connaissent la vie, pour donner des conseils élémentaires… »
 
 Jeudi. La visite de Louis Schweitzer, venu saluer les performances de deux plateformes d'aide à la création d'entreprise : « Voilà de beaux outils pour accompagner les gens qui veulent se lancer. Je suis toujours heureux quand je vois des jeunes enthousiastes, désireux de créer quelque chose. Mais il faut les accompagner et être très prudents sur leur capacité à résister. Ça n'est pas simple de faire du commerce. Au tribunal (1), on voit beaucoup d'affaires qui ne se terminent pas bien. Je vois des gens pleurer. On fait beaucoup de social. J'essaie de leur dire qu'il y a toujours un espoir. Qu'on peut toujours rebondir… »
 
 Vendredi. Les menaces sur l'hôpital du Blanc : « Comme tous les habitants de l'Indre, je suis attaché à cet hôpital de zone rurale. Il faut réorganiser, mieux gérer pour éviter la fermeture. Quand je vois la désertification médicale, le manque de place dans les hôpitaux et les structures d'accueil, je me dis que je ne voudrais pas être malade. On peut faire des économies ailleurs, mais pas sur la santé et sur les personnes âgées… »

Ø      

(1) Michel Krilewyez est juge au tribunal de commerce depuis quatorze ans.

 

 Albane Ratsivalaka