Fédération Acteurs Economiques  
 
RECHERCHER :
Visualiser le flux RSS FACEBOOK
 
    Menu Actualités
NR : Muriel Ciliento fait de l'effet

Vendredi 31 octobre 2014
Que ce soit pour donner...

NR : Course ou collection : la voiture s'affiche Dimanche 26 octobre 2104
Une belle voiture...
NR : Des voitures et des pilotes Jeudi 23 octobre 2014
Une trentaine de voitures...
NR : Place Monestier : un défi à relever

Dégradée au fil des ans par les intempéries et les véhicules, voici le renouveau de la place Monestier. Nécessaire, mais non sans risque pour le commerce.

Enfin ! La rénovation de la place Monestier n'est plus un vieux dossier prenant la poussière sur un coin de bureau en mairie. Le réaménagement de ce lieu a débuté ce mois-ci, avec une quinzaine de jours de retard par rapport à ce qui est annoncé sur les panneaux détaillant l'opération, rivetés aux grilles du conservatoire. « Un léger décalage quant au démarrage », admet Régis Tellier, adjoint aux travaux et au cadre de vie. L'investissement s'élève à 800.000 € pour la collectivité.
Ces travaux se dérouleront en deux phases. Piétons et riverains l'ont certainement déjà remarqué, les ouvriers s'affairent actuellement autour des réseaux et des surfaces dans le secteur concerné de la rue Grande. Et ce jusqu'à mi-novembre. Les opérations seront suspendues durant la période des fêtes, « pour ne pas gêner l'activité des commerçants », rassure l'adjoint, et reprendront début février.

Les terrasses touchées

Le chantier doit, normalement, se terminer fin du mois de juin. Mais reste une variable qui échappe à la maîtrise humaine : les températures hivernales. Un thermomètre stagnant dans le négatif empêcherait le travail du béton et engendrerait, donc, un retard dans la livraison. Chose qui déplait à Christophe Poy, propriétaire du Café et de la Brasserie des halles. L'activité de ses commerces, qui emploient sept salariés, repose en majeure partie sur ses terrasses.
Pragmatique, Régis Tellier confirme que Monestier est « une place qui fonctionne grâce aux terrasses et, aux beaux jours, l'histoire va devenir plus tendue. ». Ces réalisations essayeront d'impacter « au minimum » l'activité extérieure des commerces voisins, par tranches. Une annonce rassurante, certes, mais il n'est pas certains que la poussière et le bruit à proximité tente le chaland à venir se rafraîchir.
Le politique a déjà trouvé la parade à sortir aux pessimistes, « en contrepartie, après ces travaux, ils auront une des plus belles places de la ville. » Pas sûr que l'argument fasse mouche.

Rémi Le Lez