Fédération Acteurs Economiques  
 
RECHERCHER :
Visualiser le flux RSS FACEBOOK
 
    Menu Actualités
NR : Muriel Ciliento fait de l'effet

Vendredi 31 octobre 2014
Que ce soit pour donner...

NR : Course ou collection : la voiture s'affiche Dimanche 26 octobre 2104
Une belle voiture...
NR : Des voitures et des pilotes Jeudi 23 octobre 2014
Une trentaine de voitures...
NR : Saint Valentin : tendances

'' Quelles sont les tendances en lingerie pour cette Saint-Valentin ? ''  

« Les hommes qui viennent ont surtout acheté des nuisettes, explique-t-on au magasin Étam, à Châteauroux. Pour les couleurs, c'est plutôt rouge ou noir. Quant aux femmes, la tendance est relativement la même. Le soutien-gorge push-up, qui fait un joli galbe, rencontre le plus de succès. String et shorty tiennent le haut du pavé pour les bas. Pour ces derniers, c'est la grosse tendance surtout chez les jeunes femmes. Pour la lingerie coton plus confortable, qui est aussi plus prisée par les femmes un peu plus âgées, les motifs Mickey et cerises marchent aussi très fort. »

 
Saint-Valentin : hors du menu, point de salut

Alors que les amoureux s'apprêtent à dîner en tête-à-tête, petit tour d'horizon des restaurants castelroussins et de leurs propositions pour ce soir.

 

Pour la Saint-Valentin, les pancartes fleurissent sur les vitrines des restaurants du centre-ville. La plupart proposent pour cette occasion des menus uniques spéciaux, certes alléchants, mais pour la majorité dans une tranche de prix située entre 30 et 50 €. Ils sont peu nombreux à proposer, ce soir, leur carte habituelle qui permet de s'affranchir d'un menu un peu onéreux. Ce n'est pas le cas de Mme Lin, du Royal Châteauroux, restaurant asiatique : « L'an dernier, nous avions proposé un buffet à prix unique, mais des clients, plutôt jeunes, nous ont demandé d'avoir le choix. Du coup cette année, nous ne proposons rien de spécial. » « Il y a des jeunes couples qui n'ont pas les moyens de mettre 30 € dans un menu unique, ça me fait plaisir de pouvoir les accueillir et de les servir à des prix raisonnables », concède Mimo Greco, des Jardins d'Italie. Le constat est presque le même au Café de Paris qui ouvre le soir pour l'occasion. « Nous proposons une carte spéciale avec des produits un peu plus élaborés, mais le menu n'est pas imposé. Nous savons que le pouvoir d'achat n'est pas très élevé en ce moment », explique Jean-Pierre Maréchau.
Pour les restaurants tels que Le Petit Bouchon, Le Sommelier, ou Jeux 2 Goûts, le menu unique est roi. Frustrant, donc, pour le solitaire, qui voit ces restaurants ouverts ce soir, mais avec un choix restreint. Car si manger à l'une de ces tables est une bonne occasion de se faire plaisir seul ou à deux, à condition d'avoir réservé à temps, c'est surtout une bonne affaire pour les hôtes. En effet, cette soirée est rentable. Une salle comble d'une quarantaine de couverts, avec une addition minimum par table s'élevant à 80 €, a de quoi laisser rêveur. « J'aimerais qu'il y ait une Saint-Valentin par mois », confie Christophe Boissy, le chef du Sommelier. « Il faut venir en semaine pour avoir la carte », ironise Julien Marchès, du Petit Bouchon, qui concède aussi « faire une bonne opération malgré la fatigue et le temps passé. »
Pour ceux qui ne trouvent pas leur bonheur, ce lundi soir, restent les indémodables kebabs et autres fast-foods, ou bien les chaînes de restauration situées dans les zones commerciales.

<!--infos auteur-->Adrien Borga