Fédération Acteurs Economiques  
 
RECHERCHER :
Visualiser le flux RSS FACEBOOK
 
    Menu Actualités
NR : Muriel Ciliento fait de l'effet

Vendredi 31 octobre 2014
Que ce soit pour donner...

NR : Course ou collection : la voiture s'affiche Dimanche 26 octobre 2104
Une belle voiture...
NR : Des voitures et des pilotes Jeudi 23 octobre 2014
Une trentaine de voitures...
NR : Jean-Marc VÍtements baisse le rideau

Le magasin de prêt-à-porter masculin, rue Grande, cesse son activité, ce soir. Jean-Marc Roux referme le livre de vingt-huit ans d’histoire et de souvenirs.

Dans la famille Roux, Sébastien, le fils, avait repris l'affaire en 2007. La crise, la concurrence ? Le poids des charges. La décision est irrévocable, le magasin Jean-Marc Vêtements tire le rideau, ce samedi 28 décembre, au soir.

Figure emblématique du commerce de la rue Grande, Jean-Marc Roux est tiraillé. Ému : « Un vrai pincement au cœur, oui ! J'ai passé presque vingt-huit années, ici ». Il se qualifie d'ailleurs comme un homme du textile : « J'ai débuté, en apprentissage, aux Grandes Fabriques de la rue Wilson, en 1962. Plus de cinquante ans dans le vêtement ».

" On organisait des défilés de mode à l'hippodrome "

Jean-Marc Roux est Berrichon. Un Berruyer. Il s'installe à son compte en 1985, d'abord dans l'ancienne boutique du coiffeur Garcia. La rue Grande lui va comme un gant. Sa devise : « Nous habillons de la chaussette au chapeau ou à la casquette ».
Le souvenir d'une époque florissante. « Les commerçants de la rue organisaient de grandes soirées costumées, raconte Jean-Marc Roux. Aussi, des défilés de mode à l'hippodrome de Châteauroux. Nous avons même reçu le Grand Prix de la rue Grande, lors de courses. »
Il s'emploie à raviver les forces commerciales : « Nous avons redémarré l'association de la rue Grande, avec Françoise Grimaud et Mme Jutier, de la boutique de chaussures, au début des années 1990 ». Sur fond de rivalités, parfois. « La rue Victor-Hugo nous piquait nos bonnes idées et pour les fêtes, on décorait surtout la partie piétonne de notre rue. On nous l'a reproché. Nous étions plus de soixante adhérents, des Meubles Aubin à Saint-Martial mais au fil des ans, on s'essouffle. » Jean-Marc Roux est un nostalgique : « Ah ! le stationnement en zone bleue, place de la République. Les gens venaient en nombre ». A 65 ans, Monsieur vêtements profite de sa retraite à Étrechet. Enfin, presque. C'est dans cette commune qu'il a lancé la brocante et la bourse aux timbres.

Jacky Courtin