Fédération Acteurs Economiques  
 
RECHERCHER :
Visualiser le flux RSS FACEBOOK
 
    Menu Actualités
NR : Muriel Ciliento fait de l'effet

Vendredi 31 octobre 2014
Que ce soit pour donner...

NR : Course ou collection : la voiture s'affiche Dimanche 26 octobre 2104
Une belle voiture...
NR : Des voitures et des pilotes Jeudi 23 octobre 2014
Une trentaine de voitures...
NR : Exelmans : un village sur le toit de la ville

L'îlot de l’Écho a enfin un visage et un nom. Un nouveau concept commercial et résidentiel autour d’une place piétonne.

La banderole Cœur d'agglomération, apposée sur les échafaudages du chantier de la rue Victor-Hugo, est explicite. Un vrai défi pour le groupe Guignard, réuni jeudi dernier, pour présenter l'opération Résidence Exelmans sur les terrains de l'îlot de l'Écho, cédés par la Cac. « Un village sur le toit », aime à dire son patron, Gilbert Guignard.

Trente-deux logements et une place

« Notre programme regroupe neuf commerces au rez-de-chaussée, sur 2.975 m2, dont une grande enseigne, de type H & M, sur près de 2.000 m2, ouverte sur la rue Victor-Hugo, explique le promoteur. Ainsi que trente-deux logements. »
La locomotive commerciale attendue occupera de plain-pied la rue Victor-Hugo avec une façade style XVIIIe, identique à l'architecture de la rue. Une entrée, située entre le magasin Z et la maroquinerie Au Départ, débouchera sur une vaste place avec huit nouvelles vitrines en continuité.
Ne pas tomber dans le piège du cours Saint-Luc. C'est le souhait de Jean Bodin, architecte d'Argenton, chargé de cette réalisation : « L'élément essentiel est d'avoir une place ouverte et lumineuse sur la rue de l'Écho, où sont prévues l'entrée et la sortie du parking souterrain ».
L'originalité du projet repose sur un concept de logements-village au-dessus de l'enseigne phare, distribués et reliés par des passerelles métalliques, avec des terrasses collectives et végétalisées au niveau 1.
Une résidence de dix logements, sur quatre niveaux, sera construite à l'angle de la nouvelle place et de la rue de l'Écho. Certains logements haut de gamme disposeront même de terrasse de 80 m2. Exelmans se veut aussi inattendue qu'harmonieuse.

chiffres-clés

> 3 millions d'euros (M€). C'est le montant estimé du déficit de l'opération supportée par la Ville.
> 1,2 M€ C'est le montant actuel des acquisitions (foncier estimé par les Domaines) et des démolitions, moins la participation du concessionnaire Gilbert Guinard. Les travaux de déconstruction des anciens commerces, actuellement en cours, sont réalisés par l'entreprise Dupuis, de Vierzon.
> 480.000 € C'est la participation de la région Centre pour les acquisitions foncières.

le chiffre

15

C'est, en millions d'euros, le montant estimé par le groupe Guignard, pour la réalisation de la Résidence Exelmans du projet Cœur d'agglo. Connu pour ses réalisations dans les zones commerciales péri-urbaines, le promoteur Gilbert Guignard signe, cette fois, un projet ambitieux pour le centre-ville. A 66 ans, il prépare sans doute une « sortie » en beauté.

qui est-ce ?

Cavalier de l'Empire

Un célèbre boulevard parisien porte son nom. Rémy Isidore Joseph, comte Exelmans, est né à Bar-le-Duc, en 1775. Le cavalier de l'Empire, aussi appelé Le Lion de Rocquencourt, décède des suites d'une chute de cheval à Saint-Cloud, en juillet 1852. Maréchal de France de la IIe République, Exelmans rallia à la cause de l'Empereur des officiers du corps d'armée du duc du Berry en mars 1815, dès le retour de Napoléon de l'Île d'Elbe. Il s'était illustré à la bataille de Wertinger et participa à la campagne de Russie. Sa fidélité aux Bonaparte fut récompensée par le Prince-président Louis-
Napoléon, ensuite au pouvoir.

la phrase

" L'aménagement du commerce en centre-ville fut un enjeu de toutes les municipalités. "

Florence Petipez, maire-adjointe au commerce, a ouvert la soirée de présentation du programme immobilier par le groupe Guignard Promotion, jeudi dernier : « La communauté d'agglomération a repris la gestion de ce projet en 2009. Trois ans, cela peut paraître long. Châteauroux a pâti de cet état de fait mais le maintien du commerce en centre-ville est une rude bataille ».

Jacky Courtin