Fédération Acteurs Economiques  
 
RECHERCHER :
Visualiser le flux RSS FACEBOOK
 
    Menu Actualités
NR : Muriel Ciliento fait de l'effet

Vendredi 31 octobre 2014
Que ce soit pour donner...

NR : Course ou collection : la voiture s'affiche Dimanche 26 octobre 2104
Une belle voiture...
NR : Des voitures et des pilotes Jeudi 23 octobre 2014
Une trentaine de voitures...
NR : Annick Lumeau fêtée par ses clients

Elle a tenu l’institut d’esthétique Vital’forme pendant vingt-cinq ans et a voulu fêter son départ en retraite en invitant ses meilleures clientes.

L'image est belle. Son pot de départ, Annick Lumeau l'a fait à La Dernière Séance, à Châteauroux, un bar restaurant tenu par un ami. Et des amis, Annick en a beaucoup. Il faut dire que pendant vingt-cinq ans, elle a accueilli dans son institut, au 5 de la place Monestier, à Châteauroux, de nombreuses femmes qui, souvent, sont devenues ses amies. Et toute sa vie professionnelle, elle est restée fidèle à une marque emblématique de la ville, Pierre Augé.

Redevenue salariée pendant trois ans

« Je suis Castelroussine et j'ai toujours voulu devenir esthéticienne, précise-t-elle. J'ai trouvé normal d'apprendre mon métier à l'institut Pierre Augé, je me souviens très bien de M. Augé. Puis, je suis partie travailler à l'extérieur. Ainsi, je suis allée à Chalons-en-Champagne et j'y suis restée une dizaine d'années. Cela m'a permis de bien apprendre mon métier. Mais à un moment, j'ai décidé de créer ma société. »
Et pour s'installer, Annick Lumeau décide de revenir au pays. En octobre 1986, elle ouvre son institut, 5, place Monestier, et entame une carrière sans faute. Au fil des ans, elle développe et fidélise une belle clientèle et s'épanouit dans son travail.
« J'ai toujours aimé ce métier, souligne-t-elle, car il donne la possibilité de rendre les gens heureux et beaux et après vingt-cinq ans d'activités, j'ai commencé à chercher un repreneur. C'était il y a trois ans et j'ai choisi Stéphanie Duffaux que j'ai aidée à mettre sur les rails. »
Pour cela, Annick Lumeau accepte de devenir salariée de Stéphanie et pendant trois ans, elle va travailler avec elle pour que le passage de témoin s'effectue au mieux. Vendredi soir, elle a, au cours de son pot départ, expliqué qu'elle envisageait de voyager, tout en goûtant des jours heureux à Châteauroux. Mais elle reste disponible pour aller donner un coup de main à l'institut, en cas de besoin.

Jean - François Levert