Fédération Acteurs Economiques  
 
RECHERCHER :
Visualiser le flux RSS FACEBOOK
 
    Menu Actualités
NR : Muriel Ciliento fait de l'effet

Vendredi 31 octobre 2014
Que ce soit pour donner...

NR : Course ou collection : la voiture s'affiche Dimanche 26 octobre 2104
Une belle voiture...
NR : Des voitures et des pilotes Jeudi 23 octobre 2014
Une trentaine de voitures...
NR : La brasserie Le Paris change de mains

Café emblématique de la place de la République, Le Paris change de patron en septembre. Jean-Pierre Maréchau quitte l’Indre pour de nouvelles aventures.

Dans un mois, ce sera la quille, ou presque, pour Jean-Pierre Maréchau. Le restaurateur brennou qui avait tenu l'Auberge de la Gabrière pendant seize ans, veut aller humer l'air marin. Une sorte de chassé-croisé puisqu'il remettra les clés de la plus belle affaire du centre-ville, le 1er septembre, à un couple de Rochelais. « Ce sont des gens de métier, qui ont de l'expérience », rassure, sans en dire plus, celui qui, pendant sept ans, a tenu la brasserie castelroussine. « Sept ans, c'est un cycle. Il faut se remettre en question pour avancer. »

Fier des pâtés de Pâques et du barbecue

Jean-Pierre et Nathalie n'ont pas encore fait leur choix. « Nous allons d'abord décompresser. » Mais à l'heure du bilan, Jean-Pierre Maréchau est plutôt heureux de son expérience castelroussine. « Et fier d'avoir défendu une cuisine traditionnelle, faite maison, alors que les goûts des consommateurs évoluent. » Ses têtes de veau, ses plats lyonnais, mais aussi son concours de pâtés berrichon : « Ça a eu immédiatement du succès comme le barbecue du vendredi soir. »
Avec ses deux cents places assises (terrasse comprise), la brasserie Le Paris, est un lieu de rendez-vous incontournable à Châteauroux. Celui des notables, comme de tout temps, qui ont vieilli avec l'établissement. Une clientèle de fidèles, aussi, qui vient prendre son café le matin, l'apéro à midi, et qui est toujours sûre de retrouver une connaissance pour déjeuner. Des clients qui viennent voir l'ancien patron de l'Auberge de la Gabrière, et « des nouveaux avec lesquels j'ai noué de sympathiques relations. Mais on ne fait jamais l'unanimité, reconnaît le restaurateur. Et puis, il en faut pour tout le monde. »
Après un mois de travaux, le futur propriétaire devrait rouvrir les portes de la brasserie en octobre, avec l'équipe d'une dizaine de personnes déjà en place dont le chef de cuisine, Fabrice Quellet.
Jean-Pierre, lui, part pour de nouvelles aventures. Après le coq au sang renommé de la mère Thibault, sa grand-mère, la célèbre carpe farcie de Pierrette, sa mère, son propre sandre au chêne, Jean-Pierre poursuit sa route, fier aussi d'avoir transmis à ses trois enfants son amour de la cuisine. Tous sont, comme lui, diplômés de l'école hôtelière d'Argenton. L'aîné travaille auprès du grand chef Georges Blanc, à Vonnas, et les jumeaux viennent de décrocher leur bac pro. La lignée de cuistots n'est pas près de s'éteindre chez les Maréchau.

Catherine Pelletier