Fédération Acteurs Economiques  
 
RECHERCHER :
Visualiser le flux RSS FACEBOOK
 
    Menu Actualités
NR : Muriel Ciliento fait de l'effet

Vendredi 31 octobre 2014
Que ce soit pour donner...

NR : Course ou collection : la voiture s'affiche Dimanche 26 octobre 2104
Une belle voiture...
NR : Des voitures et des pilotes Jeudi 23 octobre 2014
Une trentaine de voitures...
NR : Le rideau se baisse sur l'espace culturel E. Leclerc

C’est aujourd’hui que l’espace culturel E. Leclerc ferme ses portes. Un dernier jour d’activité qui coïncide avec la braderie du centre-ville.

Après quatre années d'existence, l'espace culturel E. Leclerc ferme définitivement ses portes aujourd'hui. L'enseigne aux 17.000 références de livres, CD et DVD a, certes, permis d'apporter un dynamisme au centre-ville, mais c'en est désormais terminé. Faute de rentabilité, accablé par un loyer trop élevé, il est l'heure, pour le magasin, de baisser le rideau.

La boutique, qui vendait aussi des fournitures scolaires et des petits objets, type cadeaux, ouvre donc pour la dernière fois, ce dimanche, de 10 h à 19 h, à l'occasion de la braderie d'été.

Offres culturelles dans les autres centre E. Leclerc

Les clients se désolent, unanimement, de voir disparaître ce commerce : « Ici, l'hiver, de nombreuses personnes âgées venaient faire un tour témoigne Monique, une Castelroussine désolée de la nouvelle. On pouvait découvrir des livres, lire tranquillement. Même pour mes petits-enfants, c'était bien. Ils venaient avec leurs amis, après le collège. »
Un temps, l'idée d'une nouvelle enseigne culturelle en ville avait été discutée entre la mairie et le responsable des magasins E. Leclerc, Antoine Vézard. Elle n'a, pour l'heure, rien donné.
Le directeur des centres E. Leclerc, justement, le promet : il y aura des offres de produits culturels dans les deux autres hypermarchés qu'il possède, à Cap Sud et route de Tours. C'est aussi dans ces deux enseignes que l'ensemble du personnel restant doit être reclassé.
Pourtant, la possibilité de se fournir dans un autre E. Leclerc ne satisfait pas les consommateurs : « Aller à Cap Sud, non, je ne le ferais pas. Je n'ai pas de voiture, alors c'était bien pratique, dans le centre », avance Yamina, une fidèle cliente.
Quant aux commerçants, ils se désolent, eux aussi, de la fin de l'espace culturel. « C'est triste, il nous faudrait maintenant une autre locomotive, comme Monoprix ou les Nouvelles Galeries. Là, vraiment ça donnera une autre image de la ville », s'exclame une commerçante voisine. Et les critiques à l'encontre de la mairie ne sont pas tendres. « On dit que le centre-ville meurt. Mais la municipalité ne fait rien. Elle pourrait prévoir plus d'animations. Au lieu de ça, elle ferme des commerces. »
Une cliente, habituée des lieux, s'interrogeait, un peu alarmiste, en fin de semaine : « La population est vieillissante. Maintenant, que va proposer Châteauroux, à part des prisons, des hôpitaux et des maisons de retraite ? ».

Sophie Ughetto