Fédération Acteurs Economiques  
 
RECHERCHER :
Visualiser le flux RSS FACEBOOK
 
    Menu Actualités
NR : Muriel Ciliento fait de l'effet

Vendredi 31 octobre 2014
Que ce soit pour donner...

NR : Course ou collection : la voiture s'affiche Dimanche 26 octobre 2104
Une belle voiture...
NR : Des voitures et des pilotes Jeudi 23 octobre 2014
Une trentaine de voitures...
NR : Centre-ville : l'avis du maire

Quel regard Jean-François Mayet porte-t-il sur les difficultés commerciales du centre-ville, suite à notre enquête ? Entre propositions et regrets, il s'explique.

Que retirez-vous de l'enquête sur les difficultés des commerces dans le centre-ville de Châteauroux ?

« J'ai lu attentivement, j'ai tout entendu. Il y a plusieurs points négatifs. Il y a un affaiblissement sensible du tissu commercial du centre-ville. Le premier élément, c'est la crise. S'il n'y avait pas la crise, l'Espace culturel Leclerc aurait peut-être trouvé une solution et les commerçants se plaindraient moins. La situation de Châteauroux n'est pas plus mauvaise, ni meilleure qu'à Nevers ou Béziers. Les portes de mon bureau sont ouvertes à l'étude de mesures tendant à améliorer les choses. Mais, encore une fois, c'est la crise. Et elle touche tout le monde, même les zones comme Cap sud ou Grandéols. »

" Je me reproche de ne pas avoir freiné le développement anarchique de Cap sud "

Qu'est-ce la municipalité peut faire ?

« Nous avons mis en place la gratuité des bus dès 2001. Je me suis dit qu'elle allait donner l'envie aux gens, souvent âgés, de revenir en ville. Nous nous sommes posé beaucoup de questions sur la gratuité des parkings. Mais on court à l'échec en faisant ça. Il suffit de voir comment ça se passe au mois d'août, quand les parkings sont gratuits. La place Voltaire se remplit et il n'y a plus de place. Mais je suis ouvert aux propositions des commerçants. On pourrait imaginer des droits de parking à partir d'un certain volume d'achat. On peut aussi essayer une zone bleue avec un disque. Ça revient à la mode dans certaines villes. Nous engageons des moyens énormes pour redynamiser le centre-ville, au travers du projet Coeur d'agglo. Il y aura une enseigne extrêmement attractive, comme Zara ou HM qui attirera les gens de tout le département. »

Que pensez-vous de la fermeture de l'Espace culturel Leclerc ?

« Je remercie Antoine Vézard de cette implantation en centre-ville. Aujourd'hui, c'est un échec. Il n'y a pas une seule raison qui l'explique mais une conjonction de deux ou trois faiblesses que je n'ai pas à juger : le premier étage, une surface trop importante... Il est triste de voir cette aventure commerciale échouer. Mais qu'est-ce que la Ville peut y faire ? »

Avez-vous le sentiment d'avoir échoué avec le commerce du centre-ville ?

« Quand je vais partir, on fera un bilan. Il y aura une colonne de plus et de moins. Dans la colonne des plus, il y aura Coeur d'agglo. Dans la colonne des moins, je me reproche de ne pas avoir engagé suffisamment d'énergie - et trop tard - pour essayer de freiner le développement anarchique et foisonnant de Cap sud. Maintenant, nous sommes dans un pays libéral, on ne pouvait pas l'empêcher. »

Estimez-vous que les loyers sont trop chers ?

« Oui. Ils sont probablement 30% plus chers qu'à Bourges. Mais les loyers sont ceux qui sont acceptés par les locataires. On ne peut rien réguler. »

Faut-il revoir le plan de circulation du centre-ville ?

« Quand ça va mal et qu'on est inquiet, on tape sur tout. La problématique est simple à Châteauroux : il faut aller du nord au sud et équilibrer les flux. En l'occurrence, il ne faut pas attendre de miracle d'un changement de sens de circulation. »

Le centre-ville manque-t-il d'animations ?

« Vous pensez vraiment que Châteauroux manque d'animations ? On s'est battu pour que les commerçants acceptent la patinoire en centre-ville. Quand on organise le carnaval, les commerçants ne sont pas contents... Rien n'est parfait. Mais on peut nous faire des propositions. Nous n'avons jamais refusé des animations. »

Faut-il créer une seule grosse association de commerçants ?

« Plus elle est forte, plus elle est efficace. Mais c'est l'affaire des commerçants. Il faut qu'ils s'engagent dans les animations. »

Propos recueillis par Xavier Benoit