Fédération Acteurs Economiques  
 
RECHERCHER :
Visualiser le flux RSS FACEBOOK
 
    Menu Actualités
NR : Muriel Ciliento fait de l'effet

Vendredi 31 octobre 2014
Que ce soit pour donner...

NR : Course ou collection : la voiture s'affiche Dimanche 26 octobre 2104
Une belle voiture...
NR : Des voitures et des pilotes Jeudi 23 octobre 2014
Une trentaine de voitures...
NR : " Nous regrettons fortement la fermeture du Leclerc "
Buildinvest, propriétaire de l’immeuble abritant l’Espace culturel E. Leclerc remet en cause certaines des affirmations du responsable de l’enseigne.

L'onde de choc provoquée par l'annonce de la fermeture définitive de l'Espace culturel E. Leclerc (NR du 18 mai) s'est propagée jusqu'à… Paris ! Au siège du promoteur immobilier Buildinvest, propriétaire des locaux, l'article a fait réagir le directeur général, Nicolas Benais. « Nous regrettons fortement la fermeture de l'Espace culturel E. Leclerc qui apportait aux Castelroussins une offre de produits culturels de centre-ville qui leur évitait d'avoir à se déplacer en périphérie », explique-t-il en préambule, avant de remettre en cause certaines affirmations du directeur des E. Leclerc, Antoine Vézard. Notamment concernant les loyers.

Polémique sur le montant du loyer

« Le loyer conclu entre M. Vézard et notre société, pour un montant initial en 2008 de 160.000 €, a été porté, depuis, à 185.000 € par an, par le jeu des révisions. Il n'a donc jamais pu représenter 350.000 € des pertes indiquées. Par ailleurs, M. Vézard n'a jamais tenté de faire baisser le loyer auquel il a librement consenti dès la signature du bail. Si les locaux sont considérés comme étant trop vastes par M. Vézard, le loyer actuel est de 88 € par m2, ce qui est particulièrement faible. » Le directeur général de Buildinvest admet cependant qu'une surface marchande aussi importante pour un espace culturel n'était sans doute pas appropriée. « En tout état de cause, ces locaux peuvent être reconfigurés, divisés, d'autres accès peuvent également être envisagés afin de permettre la création de nouveaux espaces commerciaux. Nous avons commencé à y travailler. Mais nous ne pouvons pas aller plus vite, tant que les locaux ne sont pas vides. La difficulté, c'est l'accès du rez-de-chaussée, trop petit par rapport à l'étage. » Nicolas Benais ne s'en cache pas, trouver un magasin capable d'être une nouvelle locomotive pour le centre-ville ne sera pas facile. « Très sincèrement, il n'y aura pas de possibilité pour une nouvelle enseigne culturelle », prévient-il. Buildinvest est aussi propriétaire des locaux du rez-de-chaussée abritant dix autres commerces.

à chaud

" Trop de centres commerciaux "

Interrogé sur les difficultés du centre-ville de Châteauroux, le promoteur Buildinvest explique que la situation est identique dans d'autres villes, parfois plus grandes. Un contexte général de crise ? Pas seulement, selon Nicolas Benais. « Il faut éviter de faire trop de centres commerciaux en périphérie, estime-t-il. Pour redynamiser un centre-ville, la politique de la Ville est indispensable sur l'urbanisme, les impôts, les associations de commerçants. C'est vraiment aux pouvoirs publics d'intervenir. Nous l'avons fait avec succès, à Limoges, pour une trentaine de commerces. »

Xavier Benoit