Fédération Acteurs Economiques  
 
RECHERCHER :
Visualiser le flux RSS FACEBOOK
 
    Menu Actualités
NR : Muriel Ciliento fait de l'effet

Vendredi 31 octobre 2014
Que ce soit pour donner...

NR : Course ou collection : la voiture s'affiche Dimanche 26 octobre 2104
Une belle voiture...
NR : Des voitures et des pilotes Jeudi 23 octobre 2014
Une trentaine de voitures...
NR : Le désert rue de la Gare
Si la rue de la Gare est l’une des rues principales menant au centre-ville, elle est désertée aujourd’hui par de nombreux commerces. Petit tour d’horizon.

La rue de la Gare ? C'est un peu le nénuphar dans le cœur de Chloé de L'Écume des jours. Elle est là, mais tout rétrécit autour… Si la métaphore faite par Jean-Louis Nouvel, l'un des commerçants principaux de la rue, est belle, la réalité est alarmante. Cette rue principale qui part de la gare pour mener au centre-ville de Châteauroux est en effet désertée par de nombreux commerces. Et il suffit seulement de parcourir quelques mètres pour s'en rendre compte : vingt-cinq enseignes sont ouvertes, neuf ont claqué la porte depuis peu…

" Pas une rue commerçante "

Ce qui plonge la rue dans une ambiance, sinon morbide, du moins très paisible. En témoigne Céline, de retour à Châteauroux après une année de césure en Afrique : « Pour moi, ce n'est pas une rue commerçante, c'est une rue adjacente qui mène au centre-ville ». La sentence est terrible pour cette rue anciennement très animée ; mais aussi pour ses commerçants qui tentent, tant bien que mal, de maintenir la tête hors de l'eau. « Je ne peux pas dire qu'on se maintient. On survit juste. Et on s'en sort grâce à un apport de fonds, c'est tout », regrette, amer, Jean-Louis Nouvel. Il ajoute : « Je continue parce que c'est ma passion. Et uniquement ».
Même constat un peu plus loin, chez Domingues, le cordonnier de la rue. Lui a décidé d'élargir un peu ses compétences. « Pour pouvoir rester visible sur le marché, je propose des services que d'autres pourraient refuser : la réparation des sacs en cuir, des fermetures Éclair, des boucles de ceinture… »
Les raisons d'une telle désertion ? Il est difficile de les identifier clairement de manière objective. Pourtant, en interrogeant les principaux intéressés – les commerçants de la rue –, certaines décisions semblent ne pas avoir arrangé l'état de santé de la rue. Parmi celles qui sont avancées, la suppression de la passerelle qui menait auparavant au centre Carrefour, revient souvent. Ainsi que le choix de la circulation à sens unique, et la délocalisation de l'arrivée des bus, place Voltaire. Des choix qui ne favorisent pas l'animation de la rue, donc la venue de clients potentiels et la survie des commerçants restants. Car le raisonnement est simple : comment un vendeur peut-il se maintenir s'il ne trouve pas d'acheteur ?

 

Isabelle Demangeat