Fédération Acteurs Economiques  
 
RECHERCHER :
Visualiser le flux RSS FACEBOOK
 
    Menu Actualités
NR : Muriel Ciliento fait de l'effet

Vendredi 31 octobre 2014
Que ce soit pour donner...

NR : Course ou collection : la voiture s'affiche Dimanche 26 octobre 2104
Une belle voiture...
NR : Des voitures et des pilotes Jeudi 23 octobre 2014
Une trentaine de voitures...
NR : Les Castelroussins prennent les terrasses d'assaut
Avec près d’un mois de retard, le printemps est enfin là. Dans certaines brasseries, l’affluence est supérieure à celle enregistrée en plein été.

Cent douze couverts, hier à midi. Avec un tel score, le bar-brasserie des Halles a dépassé sa moyenne estivale de clients en terrasse. Comme les autres restaurateurs de la ville, le responsable du bar, Nicolas Pernot, se réjouit du retour du beau temps : « Les gens sont contents de venir en terrasse, ça fait du bien pour tout le monde ». Et pour cause. Dans un établissement dont le bar ne contient que 35 places en intérieur pour 90 en terrasse (côté bar), une grande partie du chiffre d'affaires vient de l'utilisation des tables disposées à l'extérieur. Alors, le mois et demi de retard accumulé par les tenanciers du fait du mauvais temps, pèse lourd financièrement.

Temps " quasi estival " jusqu'au 24 avril

Habituellement, les tables peuvent être sorties dès le 25 février : « Même s'il fait encore frais, on peut quand même avoir des clients dehors », indique Nicolas Pernot. Pour lui, il était vraiment temps que le soleil fasse son apparition pour renflouer les caisses : « L'an dernier, nous avons aussi pâti des travaux sur la place, de mi-février à mi-septembre ».
Au Café de Paris, on compte aussi sur ce printemps tardif pour renflouer les caisses : « Un jour de mauvais temps, c'est 30 à 40 % de chiffre d'affaires en moins », avance le patron, Jean-Pierre Maréchau, avant d'attirer l'attention sur les mesures d'austérité du gouvernement, elles aussi responsables, selon lui, de la baisse de la consommation.
Au Café Face, non plus, on ne boude pas son plaisir de voir arriver le soleil « après huit mois d'hiver ». Depuis dimanche après-midi, sa seule présence a permis de donner un bon coup de pouce au chiffre d'affaires de l'établissement, dont la terrasse, de 140 places n'était pas étrangère à la reprise du bar, il y a trois ans.
En attendant, que les responsables des restaurants, bars et brasseries castelroussines se rassurent. Selon Météo France-Déols, s'il n'est pas prévu que le pic de chaleur de dimanche dernier – jusqu'à 27 °C à Montgivray – se reproduise, le temps restera quasiment estival jusqu'à mercredi prochain, malgré une journée plus nuageuse, lundi. Des températures de saison, de 15 à 17 °C, régneront sur le département, toute la semaine, y compris ce week-end.

repères

Le retour du beau temps est aussi synonyme d'embauche pour les patrons des cafés et restaurants. Si, au bar-brasserie des Halles, on s'interroge encore sur le recrutement d'un saisonnier, au Café de Paris, c'est niet. Alors que d'avril à septembre, deux personnes étaient venues renforcer les rangs, cette année, c'est impossible : « Avec les charges qui ont augmenté de 2 à 3 %, on ne peut pas se permettre de dépenser plus pour un saisonnier », explique le patron, Jean-Pierre Maréchau.
Chez d'autres, comme au Café Face, le poste d'employé temporaire est déjà pourvu.

Sophie Ughetto