Fédération Acteurs Economiques  
 
RECHERCHER :
Visualiser le flux RSS FACEBOOK
 
    Menu Actualités
NR : Muriel Ciliento fait de l'effet

Vendredi 31 octobre 2014
Que ce soit pour donner...

NR : Course ou collection : la voiture s'affiche Dimanche 26 octobre 2104
Une belle voiture...
NR : Des voitures et des pilotes Jeudi 23 octobre 2014
Une trentaine de voitures...
NR : Le Fournil de Camille prend un nouveau virage

Les plus anciens Castelroussins se souviennent sans doute du lancement, au début des années 80, de la boulangerie, le Fournil de Camille, à l'angle des rues de la Gare et de l'Écho. A l'origine de ce beau commerce, qui privilégiait le bon pain à l'ancienne, un duo de commerçants, Nadine Renault et Claude Tanchoux, qui ont, en 1994, bifurqué avec talent dans le prêt à porter.
Depuis, la boulangerie-pâtisserie, qui comprend deux pas-de-porte (rue de la Gare et avenue des Marins), a été reprise par l'union de coopératives agricoles Épis-Centre, comme d'autres boulangeries (le Fournil Saint-Bonnet à Bourges et La Miche roannaise, dans la Loire).

" Je crois aux bons produits traditionnels "

Épis-Centre fait aujourd'hui partie du groupe agroalimentaire Axéréal, issu de la fusion avec Agralys, qui se sépare actuellement de ses boulangeries, activité marginale de la coopérative.
C'est ainsi que, par un concours de circonstance, un jeune entrepreneur déjà à la tête d'une société berruyère, Franck Thibaut, rachetait en 2011 le Fournil Saint-Bonnet, au cœur de l'ancienne capitale du royaume de France. L'affaire relancée, il poursuit sa route dans l'Indre, où il vient de racheter les deux boutiques Fournil de Camille.
« C'est un nouveau défi que je relève, avec deux objectifs prioritaires : sauver des emplois et développer une affaire artisanale. Je crois aux bons produits traditionnels vers lesquels les consommateurs vont revenir. »
Aux Marins où se trouve l'unité de fabrication six boulangers-pâtissiers travaillent 365 jours sur 365 à la fabrication d'un pain à l'ancienne, cuit au feu de bois. « Une politique de prix serrés permet de sortir une baguette artisanale à 0,90 €, moins cher que de l'industriel. Ici, il faut cinq heures pour façonner à la main une baguette tradition », se félicite le jeune chef d'entreprise qui a passé de nouveaux contrats d'approvisionnement avec la minoterie Cantin, de Reuilly. « Nous travaillons des farines haut de gamme, bientôt du bio. Et nos sandwiches sont préparés avec des produits frais. »
En rachetant les deux magasins, Franck Thibaut a repris les salariés. « Plus de vingt personnes. Actuellement, je réorganise les équipes. Je recrute, aussi : un boulanger-pâtissier et des vendeuses. Faites-le savoir. » Un recrutement qui correspond également au développement du magasin de la rue de la Gare où une terrasse va être installée pour la restauration.

Fournil de Camille : rue de la Gare, ouvert de 7 h 30 à 19 h 30 (fermé le dimanche), tél. 02.54.27.48.60 ; avenue des Marins, ouvert de 6 h 30 à 19 h 30 (fermé le jeudi), tél. 02.54.34.29.14. Animations pour les fêtes pascales ; ouvert lundi de Pâques.

Catherine Pelletier