Fédération Acteurs Economiques  
 
RECHERCHER :
Visualiser le flux RSS FACEBOOK
 
    Menu Actualités
NR : Muriel Ciliento fait de l'effet

Vendredi 31 octobre 2014
Que ce soit pour donner...

NR : Course ou collection : la voiture s'affiche Dimanche 26 octobre 2104
Une belle voiture...
NR : Des voitures et des pilotes Jeudi 23 octobre 2014
Une trentaine de voitures...
NR : Leclerc, trop de surface

L’Espace culturel E.Leclerc recherche un partenaire pour partager sa surface rue de la Poste. Le modèle actuel n’est économiquement plus viable.

Non, l'Espace culturel Leclerc ne va pas fermer ses portes. Pas pour l'instant, en tous les cas. Suite aux rumeurs qui faisaient, récemment, état d'une éventuelle cessation des activités de la rue de la Poste, Antoine Vézard, propriétaire du magasin, a accepté d'apporter des précisions : « Nous avons fait notre inventaire, la semaine dernière. J'ai expliqué à mes employés que nous avons des difficultés économiques et, qu'au regard de la taille de notre surface actuelle, il allait falloir prendre des décisions. »
De fil en aiguille, cela s'est transformé en annonce de fermeture : « Nous enregistrons actuellement des baisses de 20 à 25 % pour les disques et les vidéos, et de l'ordre de 18 % pour ce qui est technique. Ce qu'il nous faudrait ? Un partenaire pour partager l'espace que nous occupons actuellement ».

Aucun licenciement

A ce jour, avec un loyer annuel de 180.000 € par an, sans les charges, Leclerc n'y arrive plus seul. « Si on devait fermer, nous avons bien conscience du coup rude que cela porterait au centre-ville. J'ai l'intention d'en parler prochainement avec Gil Avérous, directeur de cabinet du maire. Je précise également que si quelqu'un devait venir à ma place, en reprenant la totalité de l'espace, que je ne souhaite pas voir vide, je lui laisserais volontiers ma place, en replaçant la totalité de notre personnel à Cap Sud. Si nous partons, il n'y aura, de toute façon, aucun licenciement. »
On le voit, si la décision de fermeture est loin d'être entérinée et si Antoine Vézard cherche toutes les solutions possibles pour l'éviter, rien ne dit qu'il ne sera pas nécessaire d'en arriver, un jour, à une telle extrémité. Alors si une enseigne a des velléités de s'installer dans le coin, qu'elle le fasse savoir.

Christophe Gervais