Fédération Acteurs Economiques  
 
RECHERCHER :
Visualiser le flux RSS FACEBOOK
 
    Menu Actualités
NR : Muriel Ciliento fait de l'effet

Vendredi 31 octobre 2014
Que ce soit pour donner...

NR : Course ou collection : la voiture s'affiche Dimanche 26 octobre 2104
Une belle voiture...
NR : Des voitures et des pilotes Jeudi 23 octobre 2014
Une trentaine de voitures...
NR : Saint-Luc et Molière : les mutations de Franprix

Le magasin de la rue Molière va changer de propriétaire, tandis qu’à Saint-Luc Franprix n’a ni l’intention de vendre, ni de fermer

Le magasin Franprix du cours Saint-Luc ne rejoindra pas la liste des enseignes qui ont déserté le centre-ville. L'inquiétude des clients et des salariés était apparemment infondée. En revanche, rue Molière, un projet de fermeture était dans les cartons.

A l'origine des spéculations sur ces magasins, un problème interne. Mais aussi et surtout, une conjoncture économique défavorable.

A Saint-Luc les murs seront vendus

A la tête de six magasins dans la région et des deux entités castelroussines, une holding, Addy Participation, au capital partagé entre un propriétaire et la maison mère de Franprix, le groupe Casino, qui voulait faire fermer le magasin de la rue Molière. Le magasin accusait des pertes, ce que confirme l'ancien directeur de l'enseigne. Addy Participation l'a su et a fait pression pour transformer le projet de fermeture en projet de vente.
Pour Dominique Mellet, le responsable régional d'Addy Participation, la vente du magasin de la rue Molière interviendra rapidement, tout comme celle des murs du Franprix cours Saint-Luc (lire ci-contre). « De plus, Saint-Luc est un magasin compliqué, avec un chiffre d'affaires difficile à prévoir, ce qui nous oblige à avoir une gestion très fine du stock, reprend le gestionnaire. Le lundi après-midi, avant la livraison du mardi, il n'y a plus grand-chose et les clients s'inquiètent. Mais c'est tout à fait normal. »

repères

Pourquoi vendre les murs du Franprix Saint-Luc ? Une simple question de trésorerie selon Dominique Mellet : « C'est le nerf de la guerre, avec la conjoncture actuelle, comme dans toutes les autres entreprises, mon patron souhaite récupérer de la trésorerie pour respirer d'abord et acheter d'autres magasins ensuite. »
Une master franchise. Addy Distribution en est une. Elle a passé un contrat avec le groupe Casino pour développer la marque Franprix. A terme, cette holding vise les quarante magasins en France.

Alexandre Larue