Fédération Acteurs Economiques  
 
RECHERCHER :
Visualiser le flux RSS FACEBOOK
 
    Menu Actualités
NR : Muriel Ciliento fait de l'effet

Vendredi 31 octobre 2014
Que ce soit pour donner...

NR : Course ou collection : la voiture s'affiche Dimanche 26 octobre 2104
Une belle voiture...
NR : Des voitures et des pilotes Jeudi 23 octobre 2014
Une trentaine de voitures...
NR : Centre-Ville, le mois d'août a bien fait les choses

Les terrasses des bars et restaurants avaient souffert au mois de juillet. Mais en août, beau temps, touristes et Darc ont réchauffé l’ambiance.

Le trio du mois d'août : soleil, touristes et festival Darc. A entendre les commerçants, il valait mieux partir en vacances en juillet. Sauf peut-être pour le Café de Paris : « Juillet n'a pas été mauvais, grâce à la clientèle des touristes étrangers, rapporte Nicolas Couturier, qui gère la terrasse depuis deux ans. En août, on a eu du monde aussi, normal, il a fait beau. Et on a plutôt bien résisté pendant la canicule, la terrasse est ombragée. A 14 h 30, c'est sûr, c'était vide, mais les gens venaient plus nombreux le soir, et ils restaient plus longtemps. »

Une constante, lors des grosses chaleurs, les Castelroussins ont davantage recherché l'ombre pendant l'après-midi, et la fraîcheur de l'eau.

Chaudes et longues nuits d'été

Au final, la ruée vers les terrasses a eu lieu sur les coups de 18 h. « Tous les soirs, c'était plein, raconte Vannack Meng, serveur depuis deux ans au Café Face. Les gens prennent le temps de traîner, les soirs d'été. Maintenant, les lycéens vont rentrer en cours, alors ça fait un peu de monde l'après-midi. Heureusement, parce que depuis la fin du festival, ça se calme. »
Antoine Thomas, patron du bar de nuit le Quartier latin, a aussi profité du festival : « Les soirs où les concerts étaient gratuits, les gens sont pas mal sortis, c'était un peu plus calme quand c'était payant. Mais globalement, la saison est bonne pour nous. »
Place Monestier, au Café des Halles, la donne a été quelque peu différente. « En juillet, il a fait moche et, en plus, on subissait les travaux de la place Monestier, se souvient Antoine Thomas, serveur depuis deux ans et demi. Alors au mois d'août, le soleil, le festival et la fin des travaux, la terrasse du bar était bondée tous les soirs. Et midi et soir, on refusait du monde à la brasserie. »
Finalement, août aura fini par éponger les pertes d'un mois de juillet catastrophique. Seul point noir, la canicule, que les serveurs ont dû supporter pendant une petite semaine.

Alexandre Larue